Prothèse oculaire : comment ça marche ?

Prothèse oculaire

Publié le : 17 décembre 20227 mins de lecture

Les yeux sont des organes fragiles qui peuvent perdre leur fonctionnalité pour diverses raisons. Il arrive qu’on les retire de leur cavité après un drame. Afin d’apporter un côté plus esthétique au regard après un événement tragique, une prothèse oculaire peut être utilisée. Il ne s’agit pas d’un nouvel œil, mais d’une sorte de grande lentille de remplacement. Voici ce qu’il faut savoir sur le fonctionnement d’un oeil de verre.

Quelles situations entrainent le recours à la prothèse ?

L’usage d’un œil artificiel est la solution au retrait partiel ou total d’un œil. Le retrait d’un œil est souvent une conséquence d’un accident ou d’une maladie.

Ainsi, des traumatismes tels que les accidents de circulation ou de travail peuvent entrainer une détérioration de l’œil. Certaines malformations telles que l’anophtalmie ou la microphtalmie, qui sont des problèmes congénitaux, peuvent aussi conduire au retrait de l’œil.

C’est aussi le cas des lésions irréversibles ou d’opérations chirurgicales répétées qui rendent l’œil dysfonctionnel. L’œil étant un organe extrêmement fragile, les problèmes d’yeux sont fréquents.

La prothèse, plus communément appelée l’œil de verre, est alors fabriquée par des ocularistes pour prendre la place de l’œil retiré. Retrouvez sur cette page un laboratoire spécialisé dans la fabrication de prothèses et dans le suivi des patients.

À quoi ressemble un œil artificiel et quel est son rôle ?

Une croyance populaire sur les prothèses d’yeux les décrit comme une bille ronde, insérée dans la cavité oculaire. En fait, ce n’est pas du tout vrai, car la prothèse est comme une grosse lentille semi-circulaire et creuse à l’intérieur.

Elle est positionnée dans la cavité oculaire vide. Elle est maintenue par les paupières et ressemble trait pour trait à l’œil fonctionnel. L’objectif est de donner l’impression qu’il n’y a jamais aucun retrait d’œil.

La fonction la plus connue de l’œil artificiel est de donner de l’allure au regard et de maintenir un aspect esthétique. Mais après le retrait de l’œil endommagé, il n’y a pas qu’une conséquence esthétique qui apparait.

La cavité orbitale sans l’œil perd de son volume au fil du temps. Elle s’affaisse et cela agit sur les culs-de-sac conjecturaux qui sont en partie responsables de la bonne circulation des larmes. La prothèse permet de maintenir au mieux la cavité orbitale. Elle peut être portée en permanence, sauf lorsqu’il est prescrit de la retirer la nuit.

Comment est fabriqué un œil artificiel ?

La fabrication d’un œil de substitution se déroule généralement en trois séances. Cette durée pourrait aussi dépendre du laboratoire qui suit le patient. Chacune des séances a son importance et est suivie par l’oculariste qui fabrique l’œil de verre.

La première séance, qui dure environ une heure, est dédiée à la prise des mesures de l’œil. L’oculariste est chargé de sélectionner une préforme standard. Cette préforme servira notamment pour :

  • Faire un moulage de la cavité oculaire.
  • Effectuer un relevé des dimensions à respecter.
  • Faire le choix des teintes à employer sur la prothèse sur mesure.

Ensuite, il faudra remplir la paperasse administrative pour un suivi optimal du patient. La deuxième séance est destinée à une série d’ajustements par rapport au positionnement de la prothèse. Il faut vérifier que la taille de l’iris fabriqué est adéquate et que le modèle tiendra dans la cavité.

Si cette séance ne suffit pas à obtenir le résultat parfait, il est possible que l’oculariste fixe un autre rendez-vous. C’est après cette séance qu’intervient la phase de conception de l’œil artificiel.

La dernière phase consiste en la livraison et donc à l’installation de la prothèse. Une prothèse provisoire est d’abord installée au patient pendant deux à quatre mois. Après une bonne période d’adaptation, l’appareillage définitif sera réalisé.

Quels sont les différents types de prothèses ?

Il y a principalement trois types d’appareillages orbitaux : l’appareillage scléral, les épithèses pour orbite et les prothèses dotées de mobilité sur des implants corail.

L’appareillage scléral

Le verre scléral est un dispositif qui est installé au-dessus d’un œil atrophié. C’est l’option idéale si le patient ne désire pas procéder à un retrait de l’œil endommagé. La coque de contact dont se compose l’appareillage est installée de façon à passer au-dessus de la cornée sans la déranger.

Le dispositif, lorsqu’il est bien réalisé, fait montre d’une bonne mobilité. Il peut être rigide ou plutôt souple et peut être doté d’une fonction de correction optique.

Les épithèses pour orbite

En cas de gros délabrement de l’œil, il faut faire recours à une épithèse. C’est un appareillage qui prend en compte l’œil, mais aussi les différents éléments entourant l’œil, l’orbite oculaire. Il peut s’agir des cils, des sourcils ou encore les paupières.

Ce type de prothèses est indiqué dans des cas de malformation congénitale ou dans les cas de tumeurs graves.

Les prothèses sur implants dotés de mobilité

Ce type de prothèses est fréquent dans les cas d’énucléation. La matière utilisée pour réaliser cet implant est l’hydroxyapatite, une matière dérivée du corail.

L’avantage de ce type de prothèse est que l’hydroxyapatite est dotée d’une grande biocompatibilité. Autrement dit, cette matière s’allie bien avec les vaisseaux sanguins et les fibroblastes. Cela réduit considérablement le risque de rejet d’implant ou d’infection de la cavité.

Peu importe le type d’appareillage utilisé, il est important de pouvoir bien les entretenir pour éviter tous futurs problèmes. Avec une compresse et une solution oculaire pour le nettoyage, il est possible de garder son œil superficiel en bon état.

Certains appareillages, comme ceux qui se retirent la nuit, doivent être plongés dans des solutions de décontamination. Votre oculariste vous donnera les conseils adéquats.

Une prothèse oculaire est une excellente alternative pour éviter des infections à la cavité orbitale. C’est aussi le moyen idéal pour éviter un trouble psychologique dû à la perte de l’esthétique des yeux.


Plan du site